Devenir nomade digital au Vietnam : mode d’emploi

mini-terre

Le nomadisme digital, vous connaissez ? Pour faire simple, le nomade digital désigne un travailleur qui répond aux deux critères suivants :

  1. Il dispose d’un travail qui ne nécessite qu’un ordinateur et une connexion à Internet pour être effectué (ex : graphiste, traducteur, webmaster, écrivain…)
  2. Il est indépendant (freelance, auto-entrepreneur…)

Indépendant et n’ayant besoin que de son ordinateur portable pour travailler, le nomade digital peut donc gagner sa vie depuis n’importe où dans le monde. Ainsi, si vous êtes graphiste, cela ne change strictement rien pour vos clients que vous travaillez depuis la France ou du Vietnam, du moment que vous faites du travail de qualité et respectez les délais que vous leur avez promis.

Les avantages d’être un nomade digital

Du mythe…

Ayant le privilège de l’indépendance géographique, beaucoup de nomades digitaux en profitent pour voyager autour du monde. Contrairement aux mythes, le nomade digital n’est pas un glandeur qui traine sur Facebook avec son ordinateur sur une plage…

cliche-nomade-digital

Le cliché du nomade digital

En effet, la plage est un très mauvais endroit pour travailler : il fait chaud, il n’y a pas de connexion sur Internet, le reflet du soleil sur l’écran c’est naze, sans compter que le sable n’est pas le meilleur des amis pour l’ordinateur.

A la réalité…

En revanche, être nomade digital au Vietnam offre tout de même un certain nombre d’avantages. Ainsi, que vous soyez à Hô Chi Minh Ville ou en France, quand vous travaillerez 40 ou 50 heures par semaine, cela ne change rien, le travail c’est le travail. En revanche, une fois votre travail terminé, être nomade digital au Vietnam vous offre de nombreux avantages que voici.

6 raisons de devenir nomade digital au Vietnam

1.  Un climat tropical

Marre de la grisaille du Nord de la France ? Avec des températures quasiment toujours comprises entre 21 et 35°C, le climat d’Hô Chi Minh Ville vous donnera l’impression d’être en été 365 jours par an. Lorsque je vivais au Vietnam, j’étais en permanence en tongs + short, le logement n’avait pas de chauffage et on dormait la fenêtre ouverte tous les jours. Bon pour le moral.

 

martin-et-homme-bleu

Même à Dalat, ville de montagne réputée pour son froid (15°C le matin, 25°C l’après-midi) vous pouvez vous habiller très légèrement toute l’année

 

 

2. L’optimisme ambiant

Le saviez-vous ? Le Vietnam est l’un des pays où les gens sont le plus optimiste dans le monde et la France… l’un des pays où les gens sont le plus pessimiste dans le monde. Cela peut paraître étonnant au premier abord : le Vietnam demeure un pays pauvre où la corruption est très présente. Mais allez au Vietnam et vous verrez. Les gens sourient et prennent le temps de vivre (il n’y a qu’à voir le nombre impressionnant de gens dans les parcs ou prendre le temps de manger entre amis dans les échoppes de rue). Les commerçants sont aimables, les étudiants confiants dans leur avenir et dans leur capacité à décrocher un bon travail…

Cela peut sembler idiot, mais il n’y a rien de tel que d’être entouré de gens souriants, aimables et optimiste pour avoir la pêche et être heureux.

3. Une excellente nourriture

Au contraire de la France, la nourriture industrielle et internationale est généralement chère au Vietnam, et la nourriture naturelle est bon marché. Ainsi, il coûte 5 fois moins cher de manger une bol de pho bo (soupe aux nouilles fraîches, herbes et bœuf) que de manger dans un Burger King.

Nourriture de rue, fruits frais toute l’année (rien que d’y penser, j’ai envie de déguster une belle mangue bien juteuse ou un jus de canne à sucre fraîchement pressé), la nourriture est absolument succulente au Vietnam. A tel point que chaque matin, la première chose que je faisais était d’aller… au marché, acheter des légumes et des fruits frais et du café sua da (café glacé au lait concentré). Bon appétit

 

4.  Un pays différent

Vous avez l’impression d’avoir fait le tour de la France ? Le Vietnam saura vous redonner du piment dans votre vie. Culture différente (majoritairement bouddhiste), mode de vie différent (assez proche de celui en Italie, les gens vivent beaucoup dehors) paysages absolument magnifiques (baie d’Ha Long, spots de plongée à Nha Trang, île tropicale de Phu Quoc…), proximité de nombreuses destination de voyage (Thaïlande, Philippines, Yunnan, Hainan, Népal), le Vietnam va vous plaire.

pagode-tran-quoc-hanoi

Padoge à Hanoi


5. Un coût de la vie bas

En France, le coût de la vie est très élevé. Sauf si vous gagnez une fortune, vous devez souvent compter pour boucler votre budget… En revanche, le Vietnam est l’un des pays les moins chers du monde, avec un coût de la vie 4 à 5 fois plus bas qu’en France. Quitte à gagner des revenus indépendamment d’où vous habitez, pourquoi ne pas habiter au Vietnam ?

Ainsi, lorsque je vivais à Hô Chi Minh Ville, je vivais dans un très bel appartement de 35m², meublé (écran plat, cuisine intégrée), bien situé (3 km du quartier des affaires et du centre-ville), avec Internet, l’eau et un service de ménage à domicile deux fois par semaine inclus dans le prix. Bien sûr, aucuns impôts locaux ni de chauffage à payer.

Le prix : 350$ par mois, soit 260€ par mois. Vivant avec mon amie, cela faisait 130€ chacun.

Outre le logement, la vie est bon marché globalement au Vietnam. Voici quelques exemples de prix :

– 1 sandwich : 0,50€

– 1 assiette de pho bo : 1€

– 1 repas dans un resto classe : <5€

– 1 place de cinéma dans un multiplexe : 2€

–  1 ticket de piscine : 0,6€

–  1 course de taxi entre le centre-ville et l’aéroport : 5€

– 1 coupe chez le coiffeur : 2€

– 1 nuit d’hôtel de routard : 7€

Bref, la vie est bon marché au Vietnam. Ainsi, pour moins de 10€ par personne, vous pouvez aller au resto et au cinéma en taxi et passer ainsi une excellente soirée…

 

Bien sûr, vous aurez quelques dépenses supplémentaires à prendre en compte :

– Billets d’avion

– Frais de visa

– Cours de langue (si vous souhaitez apprendre le Vietnamien)

– Assurance santé (la sécurité sociale ne vous couvre pas à l’étranger)

– Prix gonflés car vous êtes blanc

– Etc…

Au final, même si beaucoup de Vietnamiens se débrouillent avec 150-300€ par mois, cela ne veut pas dire que vous pourrez en faire de même. Ceci étant, se loger quasiment gratuitement change une vie. En effet, si votre activité va bien, vous pouvez investir dans votre activité, profiter de la vie et épargner. Si votre activité bat de l’aile, pas de soucis  car vos besoins de base (logement + nourriture) sont très faibles.

– Si vous gagnez 800 ou 1000 euros par mois, au lieu de galérer au quotidien en France, pourquoi ne pas aller au Vietnam pour vivre bien plus confortablement et ne plus stresser à l’idée de manquer d’argent ?

 

6.  Un pays plein d’opportunités: chômage inexistant, salaires +20% par an

Avec 8 à 10% de croissance économique par an, le Vietnam est l’un des pays les plus dynamiques du monde et cela va continuer pendant longtemps : le pays est indépendant énergétiquement et a une population très jeune (25 ans en moyenne contre 32 en Chine).  Par ailleurs, le taux de chômage est quasi-inexistant (2,3%) et les salaires augmentent de 20% par an, soit 10% de hausse inflation déduite. Monter un business est très facile (un chômeur peut facilement créer son petit business ou petit commerce dans le pire des cas). Pour en discuter avec pas mal d’amis plus âgés que moi, beaucoup retrouvent dans ma description du Vietnam une situation similaire à celle de la France des années 1950/1960 : un pays en plein essor où le futur se construit aujourd’hui. Pour en discuter autour de moi, Hô Chi Minh Ville s’inspire de Singapour pour devenir une ville aussi développée qu’elle d’ici 10 à 20 ans tout au plus.

Bref, que vous soyez nomade digital, entrepreneur, que vous travaillez dans l’import/export, spécialiste de l’énergie (la consommation électrique augmente de 15% par an) ou soyez professeur d’anglais… le Vietnam regorge d’opportunités 😉

 

Comment faire pour devenir nomade digital au Vietnam ?

On vient de le voir : le Vietnam, c’est un pays chaud, accueillant, où la nourriture est bonne et où le coût de la vie est bas, synonyme de vie plus facile dans la mesure où vous cumulez  revenus à l’Européenne et coût de la vie à la Vietnamienne. Mais comment devenir nomade digital ? Suivez le guide.

1. Enregistrez votre entreprise

Toute activité économique doit être enregistrée quelque part… les nomades digitaux ne font pas exception à la règle. A titre personnel, je suis auto-entrepreneur en France, mais rien ne vous interdit de créer une société dans le pays où vous comptez vous installer. Seul bémol : les lois changeant d’un pays à l’autre, il peut être compliqué (et plus risqué) de créer une société au Vietnam (sauf si votre conjoint est Vietnamien) qu’en France….

Autre solution : Hong-Kong. Créer une société à Hong-Kong a plusieurs avantages : c’est simple, et la taxation est faible : 15% de vos revenus générés à Hong-Kong, 0% à l’international…

Il semblerait (à vérifier auprès d’un juriste) que monter une société à Hong-Kong soit parfaitement légal. En effet, le Décret 92.521 du 16 juin 1992 affirmerait que « Toute personne physique ou morale résidente de la communauté européenne a le droit de créer une société dans le pays de son choix sans avoir besoin d’y résider fiscalement »

De plus, si vous pouvez justifier que votre choix d’implantation a une pertinence économique (par exemple si vous faites de l’import/export avec la Chine ou avez des clients partout dans le monde) et passez le plus clair de votre temps à l’étranger, cela ne devrait pas poser de soucis.

Toutefois, créer une société à Hong-Kong ne signifie pas ne rien payer du tout :

– Vous devrez payer au moins 500-1000€ de flat tax chaque année à Hong-Kong

– N’étant pas couvert par la sécurité sociale, vous devrez payer par vous-même une assurance privée

– Si vous êtes résident fiscal en France, vous devrez malgré tout déclarer vos comptes en banque à l’étranger et vos revenus sur votre fiche d’imposition

En savoir plus : Créer sa société à Hong-Kong

 

2. La question du visa

Le nomadisme digital étant un phénomène récent et encore assez marginal, ce qui fait que le cadre juridique des pays ne s’est pas encore adapté à cette nouvelle donne. Au Vietnam comme dans la plupart des pays dans le monde, les principaux visas que vous pouvez obtenir sont « touriste », « business » ou encore « travail ».

– Le visa « business » peut-être compliqué à obtenir et n’a pas de raison d’être si vous n’avez pas d’intérêt économique au Vietnam.

– Le visa de travail sert surtout aux gens cherchant un travail sur place au Vietnam, ce qui n’est pas votre cas.

Le mieux pour partir vivre au Vietnam restera donc d’obtenir un visa de touriste. Après tout, même si vous travaillez au Vietnam, vous ne piquez pas un emploi à un local et vos intérêts économiques sont basés à l’étranger. Votre situation est la même qu’un cadre qui partirait en voyage au Vietnam et travaillerait à distance depuis son ordinateur portable…

Les visas touristes sont simples à obtenir et valides 3 mois. Tout ce que vous aurez à faire sera de sortir du territoire Vietnamien tous les 3 mois (voir moins en étendant les visas sur place) pour obtenir un nouveau visa, puis vous revenez et ainsi de suite. Un bon prétexte pour voyager dans les pays alentours… Vous pouvez donc en théorie rester de manière illimitée dans le temps au Vietnam en cumulant visa touriste sur visa touriste. En savoir plus sur les visas au Vietnam

 3. Trouvez un lieu de travail

Ca y est, vous avez une entreprise enregistrée et obtenu un visa Vietnamien. La question qui se pose maintenant est : où travailler ? La réponse est : partout où il y a Internet.

A titre personnel, je travaillais la majorité du temps dans le canapé de mon salon, et parfois au café « The Coffee Bean and Tea Leaf » lorsqu’il y avait une panne d’électricité chez moi…

Outre les cafés longe, sachez qu’il existe 2 centres d’affaires à Ho Chi Minh d’où vous pouvez travailler. Bien sûr, cela nécessite un petit budget, mais travailler dans un vrai bureau entouré d’autres entrepreneurs et entreprises peut être plus motivant que travailler depuis chez vous, et également être l’occasion de développer votre réseau local.

4. Votre assurance santé

Last but not least : comment être bien assuré à l’étranger ? Il faut savoir que même si vous payez des cotisations sociales en France (par exemple en étant auto-entrepreneur), la sécurité sociale ne vous couvrira pas forcément à l’étranger. Voici les règles :

– Si vous partez en UE : Il vous suffit de vous procurer la carte européenne d’assurance maladie (CEAM) au moins 15 jours avant votre départ pour être correctement couvert. Pratique.

– Si vous partez hors UE : seuls les traitements d’urgence pourront être éventuellement couvert par la sécurité sociale, dans la limite des tarifs Français (en savoir plus)

Au Vietnam, les soins sont globalement bon marché. J’avais payé 40€ une consultation chez un des meilleurs médecins de la ville franco-vietnamien, et 160€ pour une couronne dentaire en zircone (valeur en France : 800€). Faire face aux premiers soins est possible si vous avez un peu d’épargne de côté.

En revanche, mieux vaut tout de même prendre une assurance santé pour faire face aux éventuels grosses dépenses (accident de moto, maladie chronique…)

Si payer une assurance en doublon ne vous plait pas (devoir payer la sécurité sociale qui ne vous offre aucune couverture santé + une assurance privée pour vous couvrir à l’étranger), sachez qu’il est désormais possible (et légal) de quitter la sécurité sociale. Créer une société à HK peut également être une solution.

Cet article est désormais terminé. J’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions et bonne visite sur Unfrancaisauvietnam.com

 




Envie de partir au Vietnam?

Si cet article vous a donné envie de partir au Vietnam, sachez que Rue d'Asie, le partenaire de ce blog, peut vous aider à organiser votre voyage pour vous. Pour avoir plus d'informations, cliquez ici. Pour demander un devis, cliquez ici




You can leave a response, or trackback from your own site.

5 Responses to “Devenir nomade digital au Vietnam : mode d’emploi”

  1. HoanpAsiatica dit :

    Hélas, vous pouvez donner des cours de français au Vietnam, c’est le plus simple pour trouver un travail et gagner votre vie :).
    Et j’aime votre suggestion d’aller vivre confortablement au Vietnam. C’est comme d’aller dans un paradis, non? hi hi.
    De toute façon, merci pour cet article bien intéressant.

    • Martin dit :

      Bonjour HoanpAsiatica

      Pourquoi hélas? Le Vietnam est effectivement un excellent souvenir du passé, malgré ses inconvénients comme la chaleur parfois étouffante à HCMC. J’imagine également que ça a du un peu changer depuis non? Y êtes vous allé dernièrement?

      Martin

  2. Laurent D. dit :

    Merci pour l’article intéressant qui donne envie oui. Mais qu’en est-il de l’ouverture d’un compte en banque ? Vu que si des clients locaux (du VN) paient en VND, pour pouvoir les déposer il faut un compte au VN. Pour cela il faut une carte de résident pour ceux qui y vivent depuis plus de 6 semaines. Et pour l’avoir il faut un visa de travail ou un vrai job etc. Comment avez-vous fait ?

    Aussi, j’ai cru comprendre que la connexion internet est réellement mauvaise. Moi qui souhaite m’y installer en pratiquant une activité en freelance photographe j’ai réellement besoin d’un bon débit, stable. Comment est la connexion ? En particulier sur HCMV ?

    Merci beaucoup !

    • Martin dit :

      Bonjour Laurent

      Désolé de te répondre avec un peu de retard… Concernant le compte en banque je n’en sais rien je ne m’étais pas posé la question. J’ai vécu au Vietnam avec des visas de tourisme et je retirai mes sous depuis mon compte à la société générale basé en France. Je ne payais pas de frais d’ATM grâce à la convention Jazz International voilà. Quant à mes clients ils étaient basés en France et déclarés en tant qu’autoentrepreneur. Bref, j’étais dans la situation d’un vacancier partant 6 mois au Vietnam et restant en contact avec son entreprise Française grâce à son ordinateur portable 😉

      Sinon la connexion était plutôt très bonne quand j’étais au Vietnam, rien à voir avec la Chine à ce niveau là. Aussi bonne qu’en France dans mes souvenirs. A bientôt 😉

      Martin

  3. Salut Martin ! Même si cet article date de 2013, j’imagine que les choses n’ont pas énormément changées au Vietnam 🙂 Nous y serons en février normalement, après un mois de janvier en Thaïlande (nous sommes nomades digitaux depuis 2 mois déjà). Le Vietnam a l’air d’être un pays fantastique, ne serait-ce que pour sa population et sa nourriture, j’ai tellement hâte !
    Merci pour ton article super complet !

    Julien

Postez un commentaire